octobre 21, 2021

Simone Biles publie des images de la catastrophe des «twisties», le 100 m féminin s’allume, la grande footballeuse américaine Megan Rapinoe garde son sang-froid

3 min read

Le regard sur le visage de la sprinteuse Marie-Josée Ta Lou disait tout. « Wow Wow! » cria-t-elle, les yeux grands ouverts et la bouche grande ouverte alors qu’elle franchissait la ligne d’arrivée la première et regardait l’horloge.

Une médaille d’or? Non. Mais la journée d’ouverture de l’athlétisme aux Jeux olympiques a été une course rapide.

Ta Lou et une paire de Jamaïcains se sont élancés dans leurs courses de 100 m vendredi pour annoncer au monde que même avec Usain Bolt parti de la scène du sprint, il y a beaucoup de vitesse à parcourir.

« Je suis sous le choc, en fait », a déclaré Ta Lou après avoir couru 10,78 pour établir un record en carrière dans ce qui s’annonce comme une piste rapide à Tokyo. « Mais je sais que je suis prêt. »

La championne du monde en titre Shelly-Ann Fraser-Pryce a couru sa course en 10,84 secondes. Sa rivale jamaïcaine, la championne olympique en titre Elaine Thompson-Herah, a terminé en 10,82.

Combiné avec la course de Ta Lou, ce sont les cinquième, sixième et septième temps les plus rapides de l’année. Sept des 54 sprinteurs du premier tour ont atteint un record personnel. Le record national de Suisse a été battu non pas une, mais deux.

« Je veux dire, beaucoup de sprinteurs dominent », a déclaré Thompson-Herah.

Tout cela s’est produit même s’il manquait au peloton le troisième coureur le plus rapide de la saison, Sha’Carri Richardson, qui est de retour aux États-Unis après une interdiction de dopage. C’était un sujet que personne ne voulait toucher.

« Je ne sais pas en quoi cela va aider pour le moment », a déclaré le coureur nigérian Blessing Okagbare. « Peu importe qui est ici et qui n’est pas là, nous allons concourir. »

Il y a cinq ans à Rio de Janeiro, un seul coureur, Fraser-Pryce, a craqué 11 secondes au premier tour. Elle a ensuite remporté le bronze, derrière Thompson (qui s’est depuis marié) et la sprinteuse américaine Tori Bowie.

Fraser-Pryce est arrivé en tant que favori pour la finale de samedi, qui montre des signes d’être à la hauteur du battage médiatique. Elle a couru un 10,63 en juin, ce qui laisse penser que même le record du monde de Florence Griffith Joyner de 10,49 secondes, ou peut-être son record olympique de 10,62, pourrait enfin être menacé 33 ans après qu’ils aient été établis.

« Honnêtement, je n’en ai aucune idée », a déclaré Fraser-Pryce lorsqu’on lui a posé des questions sur les notes. « C’est super, super compétitif. Vous voulez vous assurer de vous concentrer sur chaque manche et sur les choses que vous êtes censé faire. »

Il y avait tellement d’inconnues à l’approche des Jeux olympiques, à savoir si le retard d’un an, le stade vide ou le stress d’être enfermé dans une chambre d’hôtel à l’approche des Jeux de Tokyo blesseraient les athlètes. Au moins un groupe – les sprinteuses féminines – a répondu à toutes ces questions par un « non » catégorique.

Autre inconnue : serait-ce une voie rapide ?

« Clairement », a déclaré Daryll Neita, de Grande-Bretagne, qui a réussi un record personnel de 10,96. « Ce sera un championnat très rapide, disons-le ainsi. C’est incroyable. »



Source link